APA et vieillissement

Un des grands défis du vieillissement est de limiter et reculer au maximum la survenue de la perte d’autonomie et des pathologies liées à l’âge.Parcours

Au niveau moteur l’autonomie est possible grâce aux muscles suffisamment développés, à la solidité des os donc à des risques de chutes limitées. Avec le vieillissement, ces différentes structures se trouvent altérées :

 

-  Les articulations présentent une diminution de la quantité d’élastine et de collagène avec des tendons et des ligaments moins élastiques et donc plus fragiles.

-   Sur le plan osseux l’équilibre du cycle résorption,  formation est rompue, la perte de masse osseuse semble donc inéluctable. Allant jusqu’à l’apparition d’ostéoporose et par conséquent un risque de fractures plus important.

-  Le phénomène de sarcopénie qui correspond à une fonte musculaire importante apparait, réduisant considérablement la masse et la force des muscles.

 

Pour éviter ces différents risques, l’activité physique est un remède efficace. Encadrée par des professionnels (titulaire d’un diplôme universitaire d’activités physiques adaptées) et régulière, elle permet de maintenir une masse musculaire et osseuse suffisante pour éviter les chutes et les fractures.

De nombreuses études scientifiques1,2 prouvent les effets positifs d’une activité physique adaptée,  en particulier lors d’un programme d’équilibre en prévention des chutes, avec :

 

-  Amélioration de la stabilité posturale

-  moindre perte du capital osseux

- réduction du risque d’ostéoporose

- augmentation de la flexibilité et l’amplitude des mouvements

- augmentation de la vitesse de marche

-  et diminution du temps de transfert assis-debout

 

Pour bénéficier d’un suivi personnalisé et d’une pratique sécurisée ou pour tout autre renseignement contacter Fanny.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.